65% pensent que le pays sera différent de ce qu’il est aujourd’hui

Un état des lieux illustrant le tournant d’après crise. Le changement est vu de différentes manières par les Français. Ils sont d’ailleurs 45% à penser qu’il sera positif contre 18% à le percevoir comme négatif.

49% estiment un retour à la normale d’ici juillet – août

Même si ce retour à la normale n’en sera pas vraiment un. En effet, 81% des répondants estiment maintenir la distanciation sociale et les gestes barrières. Sachant que le cerveau a besoin de 21 jours pour adopter une nouvelle habitude, celles-ci pourraient rester.

Restaurant vide.
©Chris Liverani

68% ne souhaitent pas se rendre dans un café ou un restaurant

Un constat qui percute celui des célibataires estimant pour 52% qu’il est plus difficile d’aborder quelqu’un dans l’espace public, et cela bien avant le début de crise. Ce chiffre risque malheureusement d’augmenter sur fond de Covid-19.

A 26%, les Français veulent réagir ensemble

Mesuré sur plusieurs vagues, le sentiment de crainte des Français suit une tendance haussière, passant de 7 à 11%. Parallèlement le sentiment du collectif refait surface accompagné du sentiment de pouvoir ressortir plus fort de cette crise… ensemble. 

75% évitent les contacts sociaux non essentiels

La crise a accentué les craintes, mais n’interdit pas l’espoir. Même si la distanciation sociale est devenue la norme pour 81% des Français, et qu’ils sont désormais 26% à télétravailler, ces derniers pensent cependant que les changements seront positifs à 45%.

Couple se tenant la main.
©Phuoc Le

24% des célibataires ont peur de finir seuls

Il y a des périodes dans l’année où le sentiment de solitude est plus fort qu’au quotidien. La crise va-t-elle jouer sur ce chiffre ? Toujours côté célibataires, 39% souhaitent d’abord partager une passion ou un loisir, 42% recherchent une relation durable et 71% estiment qu’il est bien vu d’être célibataire. 

*données Kantar

• Les papiers du média éphémère Et Demain Notre ADN sont écrits en toute indépendance par les journalistes de L’ADN. Le partenaire n’intervient pas sur le contenu éditorial de la rubrique qu’il parraine.