Alena-Koval

10 initiatives pour engager la transformation écologique

Un dossier parrainé par Veolia
© Alena Koval

Vers une industrie décarbonée et circulaire

Avec pour horizon la neutralité carbone en 2050, le gouvernement a vu les choses en grand pour l’industrie : 1,2 milliard d’euros vont être mobilisés pour aider les industriels qui portent un projet d’efficacité énergétique. De quoi faire de l’industrie française une arme de réduction massive de l’empreinte carbone, comme le soutient Alexandre Saubot, président de France Industrie ?

Et si les industries misaient sur le recyclage énergétique ? C’est le cœur de métier de EcoGreenEnergy, une entreprise qui implémente des solutions de revalorisation d’énergie thermique. L’entreprise, présidée par Amandine Aubert, se targue d’avoir déjà effacé 20 000 tonnes de CO2.

Effacer du carbone ? C’est aussi l’objectif de Carbonauten, qui ne cesse de séduire les jurys de concours d’innovation. La jeune entreprise allemande a développé une technologie qui transforme les résidus de biomasse en biocarbone. Ce matériau peut être ainsi utilisé comme substitut aux plastiques, ou comme matériaux de construction ou encore comme biocarburant. Une fois utilisés, ces matériaux peuvent être recyclés ou à nouveau réutilisés.

NET Materials® ©Carbonauten

À Colombelles, dans le Calvados, les déchets font pousser les légumes ! Là-bas, la chaleur produite par l’usine d’incinération chauffe 3,6 hectares de serres où poussent 80 000 plants de tomates. « Je cherchais une énergie non utilisée qui serait perdue si je ne m’en servais pas​ », explique Pierre-Marie Battais, responsable des serres.

Saviez-vous que 4,5 milliards de cartes SIM sont vendues chaque année ? Afin d’éviter la production de plastique nécessaire à leur fabrication, Thales et Veolia se sont associés pour produire des « éco-SIM » à partir de réfrigérateurs usagés et recyclés. « En utilisant une matière recyclée, nous pouvons éviter la production de 5.000 tonnes de plastique vierge chaque année » , explique Christelle Toureille, directrice Carte SIM chez Thales.

Renault aussi a de belles ambitions en matière de recyclage ! Avec sa Re-Factory, le constructeur au losange se lance dans « la première usine européenne d’économie circulaire consacrée à la mobilité », sur les lieux de l’actuelle usine de Flins. En 2024, l’usine qui se consacre aujourd’hui à la fabrication de la Renault ZOÉ, sera divisée en 4 pôles Re-Cycle, Re-Energy, Re-Trofit et Re-Start.

Re-Factory Renault à Flins ©Renault

Pietra, la bière corse, veut brasser plus vert ! Comment ? En allant décrocher la norme ISO 14001, en misant sur son nouveau récupérateur d’énergie et sur le circuit court ! Pietra teste depuis trois ans la création d’une filière agricole avec 60 hectares d’orge brassicole déjà plantés. Un virage écologique amorcé il y a maintenant 10 ans.

Les collectivités locales et la société civile, motrices de la transformation écologique

Si la crise sanitaire a agi comme un accélérateur de la prise de conscience écologique, quel sera le rôle de la société civile dans cette transformation ? Entre sensibilisation et innovation, une co-construction de la transformation écologique semble se dessiner…

À l’instar de Synchronicity, le tout premier hub logistique hyper-urbain en mobilité décarbonée et qui met la participation citoyenne au cœur de sa réflexion ! Ce tiers lieu marseillais se positionne sur trois thématiques : l’optimisation de la gestion des déchets, le développement des circuits courts et l’IA mise au profit de l’intelligence collective servicielle. Et ça marche ! Le collectif dit avoir sensibilisé plus de 500 000 personnes. L’ambition de Synchronicity ? Diffuser la démarche partout en France…

Les transporteurs, producteurs et professionnels des déchets ont enfin leur outil ! Trackdéchets, une initiative portée par le ministère de la Transition Écologique, permet désormais de simplifier la traçabilité des déchets et d’apporter de la transparence et de la fiabilité dans la filière déchets. Une belle initiative pour réduire les risques environnementaux et sanitaires liés aux déchets dangereux…

©Michael Jin

Tous les déchets ont de l’avenir chez Cyclad ! Ateliers anti-gaspi, de réparation, DIY, conférences…,à Surgères, en Charente-Maritime, on mise sur des animations pour changer les comportements et sensibiliser les citoyens à l’économie circulaire. Et chez le syndicat mixte de collecte et de traitement, on trouve vraiment tout pour convertir le territoire : des espaces d’expérimentation pour booster l’innovation, une matériauthèque et même un accompagnement sur mesure pour entreprendre !

Les monnaies locales pour accélérer la transition écologique ? Oui ! Et c’est prouvé grâce à une récente et première étude publiée par Mouvement Sol, réseau national des monnaies locales. Aujourd’hui, la France en compte 82 complémentaires à l’euro. « Nous avons déjà pu mesurer l’impact social des monnaies locales à travers l'étude dont nous avons récemment publié les résultats, dans différentes catégories de la vie en société : la citoyenneté, la solidarité, l’écologie, l’économie et les dynamiques territoriales. Une monnaie locale est donc un outil de transformation », explique Charlotte Bazir, chargée de communication au Mouvement Sol.


<< Idées, Économie circulaire : « Aider les industriels à se poser les bonnes questions – et vite »


À suivre, Nouveau Monde, Nouveau Business : « La collectivité, plateforme incontournable de transformation écologique » >>