Le Grand Palais immersif pour expérimenter un nouveau champ créatif

C’est ce qui s’appelle transformer l’essai. Après le succès de l’exposition Pompéi, la Réunion des musées nationaux (RMN)-Grand Palais lance “Grand Palais Immersif”, une filiale spécialisée dans la production, l’exploitation et la diffusion d’expositions numériques en France et à l’international. Scénographies immersives, médiation numérique, réalité virtuelle et réalité augmentée…

© Didier Plowy

Pour Roei Amit, Directeur Général de Grand Palais Immersif, ces nouvelles productions répondent à trois enjeux clés : l’immersion qui génère l’émotion, la narration qui transmet des informations et l’interaction porteuse de l’engagement du public. C’est tout un nouveau champ créatif qui se dessine sous nos yeux, confirmant que décidément, culture et technologies font bon ménage !

Netflix s’associe à Kourtrajmé pour plus de diversité

En 2021, la bataille va faire rage sur le marché du streaming ! Pour faire face à l’arrivée de nouveaux acteurs, Netflix multiplie les partenariats avec le monde du cinéma et de l’audiovisuel. Objectif : repérer les nouveaux talents et promouvoir une meilleure diversité. Après l’école des Gobelins (animation), la Fémis et l’association 1000 visages (qui prône l’inclusion et la diversité au cinéma), Netflix a signé un partenariat de trois ans avec l’école de cinéma Kourtrajmé.

©Kourtrajmé

L’accord prévoit le financement de trois courts-métrages réalisés par des élèves de cette école créée par le réalisateur Ladj Ly (Les Misérables) en 2018 en Seine-Saint-Denis. Netflix proposera également des ateliers d’écriture, des tables rondes, des master classes et des séances de coaching sur l’expression orale et l’exercice du pitch. De quoi susciter des vocations.

Place au tennis-spectacle de Mouratoglou

Le monde du tennis se divise en deux catégories : d’un côté les puristes qui ne jurent que par les tournois du Grand Chelem et ses règles parfois corsetées, de l’autre le public qui entend faire de ce sport un spectacle (presque) comme un autre. C’est le pari fait par le tournoi UTS de Mouratoglou. Ici, pas de tenue blanche réglementaire comme à Wimbledon. Et prière de laisser parler son caractère ! Ce tennis du futur imaginé par Patrick Mouratoglou, le coach de Serena Williams, s’inspire des codes du e-sport, avec cartes bonus et autorisation de parler aux coachs et aux commentateurs à chaque changement de côté.

© LeArchitecto

Et tant mieux si cela tranche avec le spectacle habituel ! « Les codes du tennis traditionnel sont un repoussoir pour les nouveaux fans, jeunes, qui cherchent un spectacle plus court, plus intense, plus dynamique, plus interactif, plaide Patrick Mouratoglou. L’UTS est complètement différent de ce que l’ATP ou la WTA et les grands chelems proposent. C’est une expérience immersive, on est complètement avec le joueur, on sait où il en est. » L’important, ce n’est pas de gagner, c’est de faire vibrer.

Fanzine pour découvrir autrement des artistes émergents

Les concerts show-off et les grands spectacles immersifs, très peu pour vous ? Il est temps de suivre Fanzine, une chaîne YouTube qui fait la part belle aux rencontres intimistes avec des artistes émergents. Pomme, Ben Mazué, Gaël Faye, Hoshi… tous ces artistes ont poussé la chansonnette dans ce format innovant conçu par Waxx et Boze, deux trentenaires mélomanes. Musiques, reprises inédites, bienveillance et bonne humeur, telle est la recette magique du duo. Chaque épisode dépasse régulièrement les 100K vues, avec des pointes à 525K pour celui avec Médine.

Eric Antoine invente le spectacle de magie sur Zoom

Vous pensiez en avoir fini avec Zoom ? C’est pourtant sur cette plateforme que vous pourrez peut-être participer demain à vos spectacles préférés ! C’est en tout cas le pari d’Eric Antoine. Ce magicien a transformé son salon en scène pour se produire devant 2000 internautes, moyennant 25 euros la connexion. Show participatif et selfies étaient au programme. Un entre-deux qui cherche encore son équilibre… Mais qui permet au public de continuer à se divertir, et aux artistes de trouver de nouvelles sources de revenus. On n’a pas fini de squatter notre canapé.

The Social Food ou l’essor de “l’eatertainment

2020, année Ratatouille ? À l’instar du petit rat de Pixar, le monde confiné s’est pris de passion et de frénésie pour la cuisine. L’application de cuisine du New York Times a rencontré un succès incroyable, l’émission de cuisine à distance de Cyril Lignac a cartonné sur M6 et Instagram et les comptes food pullulent sur la plateforme. Une véritable épidémie de toqués. Le compte @thesocialfood (137k abonnés) fait partie de ceux qui nous ont fait voyager depuis la cuisine, baver devant de savants inari sushis ou udon inventifs et nous échiner sur un ochazuke rouget. Derrière ce compte aux lignes épurées se trouvent Shirley Garrier et Mathieu Zouhairi. Deux passionnés de cuisine qui ont profité du confinement pour monter un studio de création et partager leurs recettes, photogéniques mais exigeantes. Ils ont publié fin 2020 leur Carnet de recettes à la maison (éd. First).

©Antonio Fucito

Un jeu sur mobile adapté à la TV

La télévision britannique devrait prochainement adapter Rock paper scissors, un jeu sur mobile créé par la société Live Tech Games. Et si demain, les programmes des chaînes s’inspiraient de plus en plus des jeux sur mobile ? Tremble Fort Boyard, Candy Crush pourrait un jour te déloger !

Scott Budnick et la question de l’impact

Réconcilier quête de sens et divertissement, voilà la mission que s’est donné Scott Budnick avec sa société One Community. Objectif : proposer des programmes conçus pour avoir un impact sur la société. L’idée lui est venue lors d’un mariage, alors qu’un ami lui confie le rôle qu’ont joué des séries comme Glee et Modern Family sur l’avancée des droits LGBTQ+. Pour sa première production, One Community s’est intéressée au combat d’un avocat pour défendre un homme noir accusé à tort du meurtre d’une femme blanche. D’autres suivront, creusant un nouveau sillon dans la quête de sens et le besoin de représentation de toutes les diversités.

Travis Scott casse les codes du concert

Se trémousser dans les salles obscures, smartphone vers le ciel, en psalmodiant les paroles de son groupe préféré, c’est sooo 2019 !! Avec la fermeture des salles de spectacle en 2020, les artistes ont dû trouver de nouvelles manières de toucher leur public. Et le maître incontesté en la matière s’appelle Travis Scott. Le rappeur américain, déjà connu pour ses shows spectaculaires et innovants, s’est distingué en concevant un mini concert dans le jeu Fortnite. Cette expérience virtuelle et visuelle a réuni 27,7 millions de joueurs ! Une audience XXL, impossible à atteindre en concert, qui ouvre la voie à de nouvelles formes de shows virtuels.

©SteamXo

<< Mutations : « 2021, les nouvelles frontières de l’Entertainment »

À suivre, Idées : Entretien avec Yannick Rumpala >>