En mars 2020, l’environnement des Français s’est réduit à quatre murs et un écran. Le premier confinement a vu émerger de nouveaux (nouveaux) usages. De nouvelles demandes. Le streaming fait partie intégrante de ce paysage inédit qui a façonné la vie de millions d’individus et leur quotidien. Zoom sur ces pratiques.

51% des Français ont utilisé un service de streaming vidéo

Silence, ça zappe. Pendant plus de deux mois, films et séries ont habillé les longues journées et soirées des Français. Et ce, qu’importe l’âge. Même si la jeunesse (18-34 ans) l’emporte, ces usages sont suivis de très près par les personnes d’âge intermédiaire (35-54 ans), dont les nouveaux adeptes sont plus nombreux que leurs cadets (13% vs 10%). Mais les murs ont également des oreilles. Parallèlement à cette progression de la vidéo, l’audio monte également sur le podium avec 41% d’utilisateurs (4% de nouveaux contre 9% pour la vidéo).

©Dennis Sylvester Hurd

25% des individus ont surconsommé de la musique en streaming 

Allegro ! Changement de tempo pour les plateformes de streaming musicales. Les utilisateurs ont en effet profité du premier confinement pour monter le son. Une dynamique partagée côté vidéo : 42% des individus déclarent que leur consommation a augmenté. Regarder oui, mais pas n’importe quoi. Films et séries à la télévision, journaux télévisés et documentaires remportent la palme des programmes les plus regardés. Déception pour les émissions de téléréalité et jeux télévisés qui remportent la plus mauvaise note.

Les Français veulent s’évader à 34%

S’évader du contexte sanitaire est l’une des raisons pour lesquelles les Français ont utilisé un service de streaming. La raison principale reste la recherche d’une nouvelle source d’occupation (46%) pour pallier l’ennui des jours moroses. Avec la fermeture des lieux culturels, les Français ont également cherché à remplacer et combler le vide laissé par le cinéma (61%), les concerts, le théâtre et les musées (51%).

54% binge-watchent pour combler la perte de lien social

© Ella Don Unsplash

L’utilisation quotidienne des plateformes pallie la perte du lien social…qui s’est érodé sous l’impact de la distanciation sociale au fil du temps. 46% des Français s’y réfugient pour remplacer les sorties au bar ou en discothèque. Les services de streaming commencent à répondre à ce manque et aident à recréer du lien social. Twitch par exemple qui allie vidéo et chat, ou encore Teleparty, un service qui propose de regarder ses films et séries préférés ensemble (mais à distance). Hors musique et vidéo à la demande, l’outil de visioconférences Zoom a aussi trouvé des usages culturels insoupçonnés (concerts, opéra, théâtre…).

Deezer, numéro 1 des plateformes musicales

Cocorico ! La plateforme française règne sur le streaming audio, talonnée toutefois par Spotify (43%). Deezer recueille 6% de nouveaux utilisateurs depuis le premier confinement, contre 9% pour la plateforme suédoise. Tidal, le service de Jay-Z, n’est utilisée que par 1% des sondés, tout comme Qobuz. Néanmoins, côté vidéo, la France est à la peine : Canal+ (utilisée par 22% des sondés) se positionne derrière Amazon (36%) et Netflix (80%).

© Milan Markovic Getty Images

65% souhaitent faire perdurer leurs usages

Une grande majorité des utilisateurs ont adopté les services de streaming et souhaitent en faire une nouvelle habitude. L’enjeu de fidélisation est majeur, à l’heure où un tiers des utilisateurs hésitent encore à poursuivre leur pratique. Ils ne sont que 6% à considérer ces services comme une occupation temporaire et à souhaiter appuyer sur le bouton stop de leur abonnement.

Pour retrouver l’analyse complète de ces chiffres par Judit Pataki, experte Kantar, assistez mercredi 27 janvier au live Et Demain Notre ADN l’Emission, de 12 à 13 heures.

Une étude Kantar réalisée pour Et Demain Notre ADN, sur un échantillon de 1000 individus de 18 ans et plus, représentatif en termes de sexe, âge, région et profession, du 15 au 20 janvier 2021.


<< Utopies : « Les pièges d’un loisir sans limite

A suivre, Et Demain Notre ADN, L’Emission : Sébastien Duclos et Julien Godon, cofondateurs de Play Two >>