74% des Français sont inquiets

Les Français sont pour une grande majorité inquiets quant aux conséquences économiques de la crise du coronavirus. Il faut savoir qu’au mois de mars, ils n’étaient « que » 61%. Un chiffre en constante augmentation depuis. Ils pensent notamment qu’il « faudra beaucoup de temps pour que l’économie se redresse et il y aura un impact à long terme sur l’emploi et les entreprises ».

32% estiment que la crise a eu un impact sur leurs revenus personnels

En plus d’être inquiets de la crise, un tiers des Français sont déjà touchés dans leur situation financière personnelle. Et 64% d’entre eux sont impactés ou pensent l’être à court terme sur leurs revenus personnels.

40% des Français ont une épargne conséquente

En matière d’épargne, la France se divise en trois catégories : les épargnants avertis (5%) où prise de risque et autonomie évoluent ensemble, les prudents (40%) disposant d’une épargne disponible conséquente, souvent placée sur le compte courant ou le livret A, et les contraints (51%) sans épargne ou disposant de moins de 7500 euros. Un Français peut faire évoluer son profil d’épargnant à partir du moment où un projet concret émerge. Le besoin ? Mieux comprendre ce que l’on fait avec son argent. Leur placement préféré ? Le livret A (collecte record de 5,5 milliards d’euros en avril 2020, vs un peu moins de 2 milliards en avril 2019).

68% sont davantage favorables à l’investissement local

Les consommateurs adoptent de nouveaux comportements. Alors que plus de la majorité préfère acheter des biens et des services locaux, ils sont 50% à se sentir concernés ou engagés par la RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Ce comportement les pousse donc à investir social et responsable, et dans l’économie réelle.

©Clay Bank

150 000 nouveaux investisseurs en bourse

Des primo-investisseurs en bourses font leur apparition quasiment en même temps que le début de la crise. Un moment où l’achat de titres dépasse significativement les ventes. Pourquoi ? Possiblement le retour d’un conseil patrimonial et bancaire fort, qui a pu tirer des enseignements de la crise de 2008, où les investissements en bourse se faisaient rares. Ce qui aurait joué à l’époque dans l’accélération de la crise économique.

19% estiment essentiel de pouvoir échanger avec leur conseiller

Nul besoin de photo finish : à la faveur de la crise, de nombreuses pratiques de la vie quotidienne se sont fortement digitalisées. Les Français ont dû s’adapter afin de pouvoir travailler, mais aussi… épargner. En effet, 2 Français sur 10 découvrent l’importance d’Internet dans leur épargne, indispensable pour être autonome (12%). Toutefois, 19% estiment essentiel de pouvoir échanger avec leur conseiller sur la question. Néanmoins ils demeurent 21% à s’être sentis démunis pour agir sur leurs placements.

L’ensemble de ces chiffres ont été fournis par notre partenaire Kantar.