La construction, qui représente deux millions d’emplois en France, subit de plein fouet le choc du Covid-19. Dans le secteur des travaux publics par exemple, entre chantiers gelés pendant le premier confinement et commande publique à la peine, le retrait de l’activité pourrait atteindre les 20% sur l’année.

Et pourtant, les bâtisseurs d’infrastructures joueront un rôle crucial pour nous mener vers le monde qui vient. Un monde d’après-Covid nous l’espérons tous, mais aussi un monde plus durable et résilient. Mobilités douces, énergies renouvelables, valorisation des eaux usées, lutte contre l’artificialisation des sols, déploiement et dimensionnement des réseaux numériques sur le territoire, villes-nature et résilience des territoires… Les chantiers ne manquent pas.

Pour le secteur de la construction, souvent pointé du doigt pour son impact sur l’environnement, c’est aussi le moyen d’accélérer sa transformation. Des objectifs comme la réduction de l’empreinte carbone ou l’accélération vers l’économie circulaire requièrent de nouvelles méthodes, de nouveaux matériaux, de nouvelles pratiques. Et dans ce contexte, l’innovation et la formation constitueront deux atouts maîtres.

Dès la semaine prochaine, nous explorerons toutes ces questions avec de nombreux contributeurs : architecte, fédération professionnelle, entrepreneur.es, acteur.es du changement, chercheur.es en sciences sociales, journalistes, dirigeant.es, etc.

Et mardi 24 novembre à 12 heures, Et Demain notre ADN L’Émission recevra Julien Guez, Directeur Général de la Fédération Nationale des Travaux Publics – avec la participation d’Alban Cordier, Directeur d’Etudes Kantar Public pour une chronique Insights. Rejoignez la conversation, inscrivez-vous !

Et Demain Notre ADN et tp.demain explorent le futur de la construction.


A suivre, Mutations : « La construction peut-elle paver la route de la transition verte ? » >>