En 2020, le bio a affiché une vigueur remarquable : porté par une croissance à deux chiffres, le marché français dépasse les 12 milliards d’euros. L’engouement des Français pour le mieux manger ne se dément pas, malgré la crise – ou peut-être, grâce à elle ?

À n’en pas douter, la transition alimentaire est une lame de fond, avec des consommateurs de plus en plus engagés dans leurs choix – et toute une chaîne de valeur qui commence à comprendre que ce mouvement ne relève pas d’une simple tocade…

Plus végétal, plus bio, moins carné, moins carboné, moins transformé : une révolution culturelle se joue dans nos assiettes. Elle parle d’un rapport renouvelé à la santé évidemment, mais elle raconte aussi nos aspirations à un autre modèle de société, que l’on souhaiterait si possible plus respectueux des hommes, des animaux, et de la planète en général.

Alors, dans quelle mesure la pandémie a-t-elle modifié nos comportements d’achats ? Comment les distributeurs spécialisés peuvent-ils défendre leur modèle face à la massification du marché du bio ? Notre souveraineté alimentaire est-elle en danger ? Comment être sûr·e·s que nos actes de consommation contribuent à une société plus juste et durable ?

Ces questions – ainsi que les vôtres ! –, nous les avons posées à Pierrick de Ronne, président de Biocoop, et Christelle Garnier, administratrice Biocoop et représentante des producteurs, lors de cette émission spéciale.

Avec la participation de Adrien Germain-Thomas, Directeur Commerce / e-Commerce, chez Kantar Insights, pour la chronique spéciale Insights.


<< La revanche des vendeurs : une brève histoire de la médiation marchande

A venir : Data-data, 6 chiffres pour mieux comprendre le nouveau consommateur >>