43% des Français encore très inquiets de la situation actuelle du coronavirus

En moins d’un an, le nombre de Français inquiets de la situation a chuté de 23% (66% en août 2020). Une bonne nouvelle pour le moral de la population. Les Français rationnalisent et s’adaptent à vivre le plus normalement possible, démontrant ainsi leur capacité de résilience. 60% d’entre eux estiment cependant que la situation actuelle a une incidence sur leur quotidien – un chiffre qui demeure stable (56% en août 2020).

25% fréquentent bien plus les petits commerces de quartier

© Actua Litte

Les commerces de quartier ont la cote ! Alors que 23% des interrogés fréquentent des plateformes comme Amazon ou LeBonCoin, ils sont un quart à leur préférer les commerces de proximité. D’ailleurs, 24% y dépensent plus qu’avant la pandémie lorsque qu’ils s’y rendent. Pour les accros au numérique, les magasins de quartier gagneraient à proposer des achats en click & collect (achat en ligne et collecte sur place). 62% des interrogés souhaiteraient en avoir la possibilité.

24% estiment que leurs achats en ligne seront plus importants qu’avant la pandémie

Si une habitude s’adopte en 21 jours, la fermeture des commerces pendant des mois a pérennisé celle des achats en ligne et permis l’avènement du click & collect. Même si 31% des Français n’ont pas effectué d’achats de ce type, ils n’en écartent pas la possibilité. Parallèlement, les achats en ligne vont durablement progresser puisque un quart des Français estiment qu’ils y recourront davantage qu’avant la pandémie.

© Cottonbro

Pour 90% des Français, la qualité est le critère n°1 dans un magasin physique

Lorsqu’on compare les attentes des consommateurs, selon que le magasin soit physique ou sur internet, certaines aspirations sont communes, mais d’autres divergent sensiblement. La qualité, le made in France, sont par exemple plébiscité sur les deux canaux (respectivement 90% et 86% ; 83% et 76%). Toutefois, les commerces en ligne se positionnent très naturellement sur la praticité et la profondeur de l’offre, tandis que le commerce IRL performe sur l’expérience et l’accueil.

34% des Français ont fait des changements radicaux dans leurs habitudes alimentaires

© Brooke Lark

Éthique, environnement ou ingrédients : les Français s’engagent, au point de pratiquer le boycott de produits ou de marques. Changer, ce n’est pas seulement exclure ou boycotter, c’est aussi privilégier : 64% d’entre eux consomment plus de produits locaux. Ils sont également 63% à avoir adopté une alimentation plus saine et 45% à porter une grande attention aux ingrédients. 39% surveillent l’impact environnemental. Si l’alimentation est un acte de survie, il est aussi un acte civique (59%).

76% des interrogés voient les efforts faits pour améliorer la qualité des produits alimentaires

Un bon point pour les acteurs du commerce ! Mais quels types actions ont justement été mis en place ? Une traçabilité claire (75%), préserver les héritages et traditions (70%) et réduire les emballages (69%). Sur la bonne voie, les commerces et industriels doivent se perfectionner. Les consomm’acteurs estiment pour 89% qu’il faut une meilleure et plus juste rémunération des agriculteurs, 88% souhaitent qu’ils réduisent leur impact sur la pollution de l’air et de l’eau, et 88% de mettre en place de nouvelles méthodes durables de production.

Ces chiffres nous ont été fournis par notre partenaire Kantar.


<< Et Demain Notre ADN L’Émission : « Au sein de la coopérative Biocoop, les producteurs ont un vrai pouvoir »


Nouveau Monde, Nouveau Business : « Une chaîne de valeur efficace et proche du consommateur, le défi du commerce vertueux » >>