Et demain, une beauté plus inclusive 

Et demain, la beauté parlera à tous les âges, toutes les sexualités, toutes les ethnies et tous les corps sans exception ! Un woke récent mais des initiatives par milliers qui nous rassurent et nous projettent dans un futur où il y aura autant de définitions de la beauté que de personnes. 

Faut-il encore présenter Pinterest ?  Ce réseau social, qui nous inspire grâce à ses collections d’images, a compris la nécessité de l’inclusion et de la diversité et a opéré des mises à jour qui vont dans ce sens. Recherche par carnation, essais de rouges à lèvres personnalisés grâce à la VR… désormais des femmes toujours plus nombreuses sur la plateforme d’inspiration pourront se sentir représentées. Mais l’inclusion et la diversité, ce n’est pas qu’une affaire de fonctionnalités : après quelques polémiques, la plateforme américaine a nommé au mois d’août Andrea Wishom, une femme noire, dans son conseil d’administration. Pourquoi c’est important ? Une récente étude américaine fait état d’un engagement sur la diversité plutôt éphémère chez les marques de beauté… 

Formula Z Cosmetics

« Les filles sont la beauté et je voulais changer cela. Je voulais m’assurer que chacun a le sentiment d’avoir sa place dans le monde de la beauté », voici ce qu’avait en tête Zach Dishinger avant de lancer Formula Z, une marque de produits de beauté vegan, sans cruauté, sans paraben et sans gluten. Amoureux du maquillage depuis son enfance, Zach a lancé son entreprise à 15 ans et la fait grandir aujourd’hui à côté de ses études. « Le monde a besoin d’une marque qui aide les gens à être eux-mêmes », explique Zach. Au fait, vous saviez que L’ADN a exploré la génération Z en long en large et en travers dans le cadre de sa dernière revue ? Pour un portrait 100% sans filtre et pour tout comprendre de ceux et celles qui feront demain, c’est juste ici

Difficile de parler inclusion sans parler âgisme. D’ailleurs, Mesdames, Messieurs, balancez vos crèmes anti-âge ! Désormais, elles osent changer de terminologie pour s’appeler crèmes ou sérums sans-âges ou intemporels ! Tula, une marque de soins de la peau probiotiques, a récemment lancé une nouvelle catégorie de soins « sans âge ». L’enjeu pour cette jeune marque ? Donner une touche positive au vieillissement. Le début d’une nouvelle ère ? Et demain, la beauté changera tout son logiciel sur la vieillesse, elle ne sera plus tabou, mais désirable et assumée. Nous, à L’ADN, on a adoré la (très étrange) rentrée littéraire et sa petite bombe, Laure Adler, qui avec son « La voyageuse de nuit », nous prévient : « La révolte des vieux ne fait que commencer ». Elle nous rassure aussi : « La vieillesse peut rimer avec la beauté »… 

Et demain, une beauté plus locale 

Ok pour l’intelligence artificielle, la beauté gamifiée, ou préventive… mais la beauté, c’est aussi prendre soin de soi et quand on peut le faire avec des formulations transparentes, naturelles et inspirées de nos terroirs et parfois même de nos ancêtres, on en redemande…

« Passez aux soins visages ultra frais », vous invite Freedge Beauty sur son site qui propose sérums, gelées et masques avec toujours la même promesse : du soin naturel, bio et local. Les soins à base de jus bios ultra-frais sont fabriqués à la demande. On note la démarche zéro déchet qui permet de renvoyer ses pots en verres vides pour être réutilisés. À retenir également, les beauty freedge, ces petits frigos pour garder ses cosmétiques bien au frais, cartonneraient sur Amazon… « Hop dans le blender, ce fenouil et cette rhubarbe feront un gel parfait ! » Et demain, le triomphe de la smoothie beauty ?

Haeckels

« Un petit géant qui défie le monde des soins de la peau », voilà comment se définit Haeckels. Son credo ? Des produits sur mesure et à la demande venu tout droit de Margate (Royaume-Uni), à base d’algues récoltées à la main, approche très durable et artisanale donc. Mais la marque pousse un peu plus loin sa démarche écologique avec sa dernière innovation (qui lui a valu un Wallpaper Design Awards) : un emballage biocontribué. Késako ? Il s’agit une « protection à partir de mycélium (le système racinaire filiforme des champignons) et de déchets agricoles, avec des informations produit imprimées sur du papier recyclé parsemé de graines. Ce matériau « vivant et respirant » fonctionne comme du plastique, mais peut être cultivé, recyclé et se décompose facilement », indique Wallpaper. Durable, local, sur mesure et artisanal… Haeckels a des chances d’être encore là, demain ! 

Et demain, une beauté plus durable 

Conjuguer durabilité et sécurité, c’est le défi auquel est confronté la beauté. Raccourcir les chaînes de production, montrer patte blanche côté ingrédients naturels, se passer des plastiques et des conservateurs tout en gardant un prix juste… la beauté se rêve clean !

Plus de 1,5 million de types différents de champignons existeraient dans notre écosystème, il fallait bien qu’ils nous aident à réinventer la beauté ! Le reishi, le tremella, le chaga… retenez ces noms, ils vont débarquer dans nos cosmétiques et même dans le domaine de la santé. On parle d’un marché à 59,48 milliards de dollars (45,5 milliards de livres sterling) en 2021, selon Stylist. Et même Vogue se pose la question : « Comment les champignons pourraient aider à résoudre le problème des déchets de l’industrie de la beauté ». Bref en ingrédient actif et même en emballage, le champignon a vraiment tout bon…

L’Oréal-Lanzatech-Total

Chez L’Oréal, on a fait alliance avec Lanzatech et Total afin de produire le premier flacon cosmétique en plastique issu d’émissions industrielles en carbone. Et il s’agit là d’une première mondiale ! Comment ça marche ? LanzaTech capte les émissions industrielles de carbone et les convertit en éthanol, Total utilise un procédé de déshydratation innovant développé avec IFP Axens, pour transformer l’éthanol en éthylène, avant de le polymériser en polyéthylène et L’Oréal utilise le polyéthylène ainsi produit pour fabriquer des emballages. Le géant des cosmétiques promet que certains de ses flacons de shampoings seront issus de ce matériaux dès 2024 et fait un clin d’oeil au secteur pour le suivre dans cette mini-révolution circulaire… 

56 073 préventes sur les 300 prévues ? On peut parler d’un lancement réussi sur KissKissBankBank ! « Innovant et totalement en phase avec nos modes de vie, toujours à la recherche d’éviter de gaspiller », dit Florine. « Idée simple et écolo, continuez ! », plussoie Olivier ! Mais qu’est ce qui vaut autant d’enthousiasme ? C’est 900.Care, une marque d’hygiène qui fait le pari de supprimer toutes les bouteilles de nos salles de bain. Comment ? Tout simplement avec des produits fabriqués en France à recharger ! Déo en stick à recharger, dentifrice en pastilles, gel douche à dissoudre, bref les bouteilles à acheter et à jeter, c’est bel et bien fini. Et quand on voit le succès de la campagne, on se dit que 900.Care sera surement là, lui aussi, demain… 

Et demain, une beauté plus engagée 

Et demain, une beauté qui prendra vraiment soin des femmes ?  Des marques qui veilleront à leur santé mentale, leur autonomie, leur émancipation et leur sécurité ? Concernées par ces enjeux, pressées par des célébrités, les marques ont désormais le devoir d’être des alliées. 

Saviez-vous que Lancôme a déjà formé 250 femmes contre l’illettrisme ? Que Maybelline s’est engagée sur l’anxiété et la dépression ? Qu’Yves Saint Laurent Beauté s’est emparé du sujet des violences conjugales à travers un partenariat avec l’association « En avant toute(s) » et une enveloppe de 255 000 euros ? « La marque s’engage à nous soutenir dans nos interventions, financièrement et matériellement, ce qui correspond à des besoins réels aujourd’hui », explique Ynaée Benaben. Dans le cadre de la campagne « Aimer sans abuser », elle organise des séminaires de formation pour sensibiliser les équipes d’Yves Saint Laurent Beauté, et notamment les conseillères de vente, afin de leur permettre de mieux comprendre les mécanismes de la violence au sein du couple », explique Challenges. Et demain, une beauté plus impliquée dans la vie des femmes ?

kerrywashington – Instagram

Parce que les femmes, elles, le sont… et jusqu’au bout des ongles ! A l’approche d’une des plus inédite élection présidentielle américaine, on a vu des VOTE en guise de manucure ! On dit outre-Atlantique que c’est la plus grosse tendance de nail art sur Instagram. Demi Lovato, Lizzo… même les célébrités ont joué le jeu ! Et demain, la beauté servira nos convictions politiques ? En attendant le résultat de ces fameuses élections, il y a une démocrate qui aime l’univers de la beauté et qui l’assume, c’est Alexandria Ocasio-Cortez : « Si je vais passer une heure le matin à faire mon glamour, ce n’est pas parce que j’ai peur de ce à quoi va ressembler une photo républicaine. C’est parce que j’en ai envie. . . Mon corps, mon choix ! » Vous avez dit rafraîchissant ? 



<< La Grande Interview : « Nos collaborateurs sont moteurs dans nos changements de pratiques, autant que les consommateurs »


A suivre : Nouveau Monde, Nouveau Business, « L’expérience de la beauté : une proposition de valeur renouvelée ? » >>